AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 yesterday we're brothers (elias)

Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: yesterday we're brothers (elias)   Sam 16 Juin - 16:32


yesterday we're brothers, no we're ennemies
( elias & nate )

Ils sont là plus longtemps que les autres. Parce que le match approche, qu’ils ont tout intérêt à laminer l’équipe adverse, s’ils veulent garder leur titre. Ils partagent tous cette fibre compétitive, alors c’est pas compliqué de les motiver, ne serait-ce qu’un tant soit peu, même Nate. Nate qui a l’esprit ailleurs, qui sent le regard curieux du coach, qui reçoit les tapes mi-amicales, mi-sévères de l’équipe sur le dos, une fois l’entraînement terminé. C’est pas comme s’il pouvait leur dire qu’en c’moment, il est plus préoccupé par une fille que par un match. Pas sûr qu’ils comprendraient – la moitié se contente de collectionner les membres du genre opposé un peu comme une gamine le fait avec les Barbies. Quand on en a une nouvelle c’est cool et puis elle est remplacée par une autre. Plus grande. Plus mince. Plus jolie. Il peut pas s’empêcher de soupirer. C’est pathétique, bordel. Et dans l’équation, il sait même plus où il se situe. Du bon côté ou du mauvais ? C’est vraiment important, dans l’fond ?
Quand il se retourne, sac de sport sur l’épaule, il manque de percuter Elias de plein fouet, laisse échapper un hoquet de surprise. Il aurait juré qu’il était – comme toujours – le plus lent, et par conséquence, le petit dernier à quitter les locaux. Bordel, qu’il lâche, sifflement venimeux qu’il est incapable de retenir. Qu’est-ce que tu veux ? Son regard fuit, chercher une échappatoire, calcule combien de temps il lui faudrait pour foutre le camp d’ici et semer Elias au passage. Quand il relève les yeux, il arque un sourcil, comme s’il cherchait appuyer sa demande. J’dois y aller, j’ai rendez-vous avec Aspen ce soir, lancé à la dérobé, comme une insulte, yeux dans les yeux. Tu sais, ma petite amie. Nouveau regard inquisiteur, ça lui brûle les lèvres d’en ajouter un peu plus, histoire de le faire souffrir. Et elle est où, ta petite amie à toi, Elias ? Envolée, peut-être ? Il parvient à la fermer, pourtant. P’t’être parce qu’il a pas le fond méchant. P’t’être parce qu’Elias compte encore, même s’il lui foutrait bien son poing sur le nez.
code by belle âme


@Elias Valentinelli
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: yesterday we're brothers (elias)   Sam 16 Juin - 22:37


i'd love to change the world ()

un match ce week-end. le dernier de la saison, ô combien crucial pour l'équipe. pour lui. heureux d'être là, avec ses potes. passion partagée par tous ces garçons, l'amour du ballon comme on dit. l'amour de la souffrance physique, muscles qui s'étirent, os qui se brisent de temps à autres. mais peu importe, parce qu'eli il n'est rarement plus heureux que sur le terrain. l'adrénaline qui pullule dans son sang, carmin teinté par l'adrénaline. et ils restent plus longtemps que les autres, les gars. parce que les cheerleaders elles ont pas cette pression qui pèsent sur l'épaule de toute l'équipe. parce que les autres clubs ont pas de match ce week-end, juste eux. et pourtant, même entouré par tout cette bande, ses amis, les p's, il se sent seul elias. il se sent seul sans nate, sans olevia dans sa vie. il veut arranger les choses, plus que tout. mais aucun ne veut l'écouter. alors il doit forcer le destin, pour faire écouter sa version des faits. et il reste plus qu'eux deux sur le terrain, parce que comme toujours, st john est bon dernier. et il entend sa voix qui siffle, ce mépris qui perce sa voix. on peut parler ? et même si celui qu'il considérait comme l'un de ses plus proches amis il y a encore un mois ne le veut pas, il le forcera. il en a besoin. et ça lui arrache le coeur quand il lui annonce qu'il va rejoindre aspen. salope. pourquoi tu restes avec cette meuf, nate putain... soupir, il passe sa main sur son visage. parce qu'il déteste cette vipère, parce qu'il ne se souvient que trop bien les heures passées avec beryl à discuter de la petite amie du garçon. j'veux que t'écoutes ma version des faits ok ? il passe sa langue sur ses lèvres, les pince jusqu'à ce qu'elles deviennent blanches, laisse son poing droit rencontrer la paume de sa main. il peut l'interpréter comme il veut nate, mais eli il veut pas avoir à se battre avec lui. surtout pas. tu crois ta meuf, c'est bien. ça fait au moins un de nous deux. mais la confiance aveugle, c'pas bien nate. il soupire. las de cette situation. parce qu'il veut retrouver son st john. journées mornes sans le garçon à ses côtés. c'est que d'la merde. je l'aime olevia ok? j'irai jamais la tromper. surtout pas avec la meuf d'un de mes meilleurs potes, putain réveille toi nate! l'agacement qui éclate dans son timbre de voix, la colère qui surgit à nouveau en repensant aux événements. (comment tout a pu s'écrouler en si peu de temps?).
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: yesterday we're brothers (elias)   Sam 16 Juin - 23:35


yesterday we're brothers, no we're ennemies
( elias & nate )

Un rictus étire soudainement les lèvres de Nate. On peut parler ? On peut parler ? Il est pas sérieux. Cette histoire relève d’une blague internationale. Elles sont où, les caméras ? Il peut pas s’empêcher de lever les yeux au ciel, ça frôle l’indécence, même pour un p’tit gosse de riche arrogant comme lui. Il a pas envie de parler, de toute façon, parce qu’il sent déjà la rancune, feu follet qui remonte de son cœur jusque dans sa gorge. Il va bientôt la gerber, alors il ferait mieux de dégager – le plus vite sera le mieux. Mais Eli s’en fiche, il soulève le sujet avec une aisance déconcertante, attire le regard accusateur de son ancien ami sur sa silhouette d’athlète. Fais gaffe à c’que tu dis, fait-il remarquer avec nonchalance, parce que c’est plus facile de masquer une telle blessure derrière un je m’en foutisme universel que d’assumer qu’on est qu’un vulgaire animal blessé. Aspen, feu sacré. Il sait, veut pas admettre. Nan, qu’il répond en repoussant Eli pour se frayer un passage vers la sortie des vestiaires. Nan c’est pas ok, continue-t-il en se tournant vers lui, marchant à reculons, ne le lâchant pas du regard une seule seconde. Il sent la colère monter, le transformer doucement, mais sûrement. C’est pas ok de coucher avec la copine de son ami. La voix est un octave trop fort, laisse transparaître que ça la touche un peu trop. Il est pas aussi blanc que neige, Nate, mais préfère oublier son petit écart de conduite pour condamner Eli à la potence, fils de mère facilité. T’sais qu’Olevia veut même plus m’adresser la parole depuis ta connerie ? A moi, bordel ! On était amis, avant ça. C’qui fait le plus mal, c’est d’avoir perdu le couple. Eli et Ole. Deux pour le prix d’un. Doucement, la colère retombe. Parce qu’il s’est enfin prononcé sur le sujet, même si c’est avec entêtement. C’est pas demain qu’il admettra que sa copine est pas la sainte qu’il voudrait qu’elle soit. Ecoute, j’crois que c’est mieux pour nous si on s’évite cet été. Veille des vacances, des pays étrangers. Pourquoi tu t’acharnes ? Pourquoi elle mentirait ? Pourquoi Aspen serait-elle la connasse que tout le monde semble dépeindre dès que l’occasion se présente ?
code by belle âme
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: yesterday we're brothers (elias)   Dim 17 Juin - 10:26


i'd love to change the world ()

il comprend la colère de nate, plus que tout. il est d'ailleurs étonné que son visage n'ait pas rencontré le bitume, parce que si la situation avait été inversée, seul dieu sait ce qu'il aurait été capable de faire. parce qu'on ne touche pas aux gens qu'il aime, elias serait prêt aux pires folies pour ceux qui ont de l'importance, une place dans son coeur. et ô combien elle en a olevia, monopole de tout son amour. et il le repousse nate, et ça le blesse. parce qu'il ne veut pas se confronter à la réalité, la triste réalité où aspen n'est pas l'ange qu'il imagine dans ses pensées les plus pures. alors il a ses doigts qui se referment avec force sur l'avant-bras du garçon, pour le retenir. parce qu'il est décidé, elias. il va mettre les choses à plat avec nate, coûte que coûte. qu'il lui casse la gueule si ça lui chante, il ne peut plus vivre un jour où nate croit à ce mensonge. tu me crois vraiment capable de coucher avec ta meuf nate ? c'est ça l'image que t'as de moi ? la voix qui gronde, la colère perceptible au fond de ses iris. parce que s'il fait parti des p's, jamais, ô grand jamais n'a-t-il trompé sa petite amie, réputation fallacieuse qui le suit comme son ombre. juste parce qu'il a le malheur d'avoir une bande de don juan. grand bien leur fasse. mais il n'aime pas être mis dans le même panier, surtout quand il est à l'opposé des garçons qu'il côtoie au quotidien. et qu'est-ce que j'y peux si elle veut plus te parler ? c'est de ma faute ça aussi ? il explose, eli. parce qu'il est fatigué que tout lui retombe dessus, que tout le poids de la culpabilité se dépose sur ses épaules. mais toute la colère s'efface lorsqu'il lui annonce qu'il vaudrait mieux s'éviter pendant l'été. non, non, non. (j'vais pas te perdre st john). (je veux pas). ça fait combien de temps qu'on se connaît nate ? question rhétorique, parce qu'il connaît la réponse. mais pendant tout ce temps, jamais les muscles n'ont trahi le cerveau. jamais elias n'a fait quoi que ce soit qui aurait pu nuire à nate. et c'est pas demain la veille qu'il a l'intention de débuter, de prendre cette pente glissante. je sais pas, ok ? je sais pas pourquoi elle invente ces conneries, j'la connais à peine ok ? on a parlé c'est tout. le coeur qui bat vite, parce qu'il y a cette pointe d'espoir qui jaillit au fond de son cerveau. pendant des heures, j'étais trop déchiré pour faire quoi que ce soit d'autre. je sais pas pourquoi elle a fait ça. il se pince les lèvres. parce que même plusieurs semaines après, il ne comprend pas elias. après tout, dans le duo, c'est nate le cerveau pas vrai ? je sais pas pourquoi elle m'a fait ça. murmure inaudible, regret d'avoir tout gâché, pour une conversation. d'avoir balayé deux des meilleures choses qui lui soient arrivées pour une discussion.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: yesterday we're brothers (elias)   Lun 18 Juin - 16:17


yesterday we're brothers, no we're ennemies
( elias & nate )

Nate se fige quelques instants, arrête sa marche à reculons pour soupirer doucement, la main sur le front, comme s’il était en proie à une migraine. L’image qu’il a d’Eli, ce qu’il pense de lui – il en sait plus rien. Il est perdu, entre Olevia qui est persuadée que cette histoire a eu lieu et son meilleur ami qui tente de le convaincre du contraire. Non, bien sûr que non, finit-il par répondre d’une voix emprunte à l’incertitude, le trahissant de son octave supérieur. Il ne ment pas – il n’a jamais eu cette vision d’Elias auparavant, n’a jamais douté de lui, aurait été capable de laisser sa petite amie et son meilleur ami dans la même pièce, tout en étant persuadé que rien ne se passerait. Mais voilà, les rumeurs sont là, et il n’y a aucune façon de savoir si sa confiance a été trahie ou non. Il sait qu’Ole est dans le même cas, à une différence près : lui doute encore, oscille doucement entre ce qu’on lui raconte et ce qu’il pense réellement, quand elle est certaine qu’il y a eu tromperie. Lui peu encore changer d’avis, malléable et trop gentil. C’est d’ta faute, ouais. Parce qu’elle m’associe à votre connerie, qu’il lâche en s’approchant de lui, pupilles vrillées dans les siennes. Peu importe ce qui s’est passé cette nuit-là, elle est persuadée que j’y suis pour quelque chose, moi aussi. Victime de leur erreur, qu’on voit comme coupable. De leur potentielle erreur. Y’a toujours ce doute, qui s’insuffle dans une partie de son esprit, pendant qu’il sort le joker, la carte affection, pièce maîtresse chez Nate depuis qu’il est gosse. Pas besoin de l’acheter, suffit de lui démontrer un tantinet d’affection pour obtenir ce qu’on souhaite avec le St John. Il connaît Elias depuis toujours. Ou presque, parce qu’après tout, ils ont toujours fréquenté les mêmes bancs scolaires, l’un n’a jamais hésité à se dresser contre quiconque ferait du mal à l’autre. C’est quoi l’rapport ? C’est pas parce qu’on se connaît depuis qu’on est gosses que… Il chasse sa phrase d’un geste de la main, la laisse s’évaporer sans prendre la peine de la terminer. Aucune importance. Vous avez parlé ? Sourcil arqué, mine faussement amusée. Et joué aux cartes aussi, peut-être ? Et vous avez eu besoin d’une chambre pour ça ? Il laisse tomber son sac de sport au sol et s’y ancre afin de mener la conversation bien entamée qu’il n’est pas prêt à laisser lui filer entre les doigts, cette fois-ci. Nouveau soupire, il sait plus quoi penser. Aspen aussi, dément cette histoire, maintenant. Y’a plus qu’Olevia pour la soutenir, pour y croire. Et une moitié de Nate, aussi. D’entre tous, j’ai toujours pensé qu'une traîtrise pareille ne pourrait venir que de Pluton, finit-il par confier en se laisser tomber sur le banc non loin de lui. D’un léger coup de pied, il attire son sac à lui, le regard perdu dans le vague. T’as parlé à Olevia ? Il se recule légèrement, malgré l’étendue du banc, un peu comme pour l’inciter à venir le rejoindre et s’y asseoir. La colère s’est déjà envolée, n’a jamais été un trait bien marqué chez lui. Reste plus qu'un fond d'amertume, de curiosité, qu'il est fatigué d'éprouver.
code by belle âme
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: yesterday we're brothers (elias)   

Revenir en haut Aller en bas
 
yesterday we're brothers (elias)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brothers-san
» black blood brothers
» [Hua, Yu] Brothers
» Illustrations de Dragon Brothers
» Akuzo The Friendship Of Two Brothers [I.C Stylize]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
everlasting growing pains ✩ :: hymn for the weekend :: anciennes version :: sujets rp-
Sauter vers: