AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 california gurls (adonis)

Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: california gurls (adonis)   Lun 12 Fév - 22:29



tu n'avais aucune idée de la raison de ta présence à cette soirée. tu étais actuellement dans une immense maison, tellement grande qu'elle ressemblait d'avantage à un hôtel qu'à une demeure. tu étais simplement allée boire un verre en terrasse avec une copine du lycée, et vous vous êtes retrouvées invitées à une soirée de wave private. habituellement, tu évitais au maximum les soirées. ce n'était pas ton truc. l'alcool, la musique, la danse, les cris, les dicussions avec des inconnus ... et les soirées, tu les appréciais encore moins lorsque les trois quarts des personnes étaient des gosses de riches, pleurant tout les soirs dans leur lit parce que leurs parents n'ont pas voulut leur acheter l'iphone dix. tu les trouvais plus misérables qu'autre chose. et pourtant, tu décidas de rester. simplement parce que tu voyais que ta pote était à fond, et que tu n'avais pas envie de casser l'ambiance en faisant la copine reloue. tu l'abandonnas aux stupides jeux d'alcool et commenças à faire la visite de la maison. ce n'était pas chez toi, et tu ne connaissais même pas le propriétaire de cette baraque, mais tu faisais comme chez toi. tu te servis un verre d'orangina, tu pris quelques bonbons haribo et découvris les lieux. c'était splendide. d'autant plus lorsque tu arrivas sur l'immense terrasse donnant face à la mer. le vent marin te caressa les joues. tu pris une profonde inspiration. à l'heure actuelle, c'était sûrement le seul endroit calme de cette putain de baraque. tes yeux parcoururent la terrasse. sous une bâche, tu découvris un jacuzzi. depuis que tu étais gosse, tu rêvais de chiller dans un de ces indispensables des maisons de riches. tu bidouillas pendant quelques instants les boutons, et réussis enfin à l'allumer. tu retiras tes baskets nike et mis les pieds à l'intérieur. tu ne pus t'empêcher de lâcher un profond soupir lorsque tu vis l'ombre de quelqu'un, te rejoignant sur la terrasse. « putain, ce jacuzzi m'est privatisé, alors va voir ailleurs, » grognas-tu, sans daigner adresser le moindre regard à ton interlocuteur. tu te tournas vers le mec. « qu'est-ce que tu fous ici adonis ? » t'exclamas-tu, surprise de le voir ici.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Lun 12 Fév - 23:32


y’a pas à dire, les soirées étudiantes c’était bien l’un des seuls trucs qui te faisait vibrer. la musique, la bouffe, l’alcool, les jeux. les nanas. tout ça tu pouvais pas t’en passer. c’était ton terrain de jeu. ton royaume. t’aimais ces soirées où il pouvait absolument tout se passer. t’aimais voir ces couples qui se brisent, qui s’envoient en l’air, ces mecs qui se défoncent la gueule, ces nanas qui font les chaudasses et ces gens qui sont simplement là par respect, parce qu’ils ont été invités. ces gamins là qui font simplement acte de présence et qui profitent pas des opportunités que leur offrent ce genre de soirée. toi, les soirées c’était ton dada. t’en loupais jamais une. même entre deux journées chargées de cours. la soirée battait son plein. y avait du monde. beaucoup de monde. t’étais assis sur l’un des canapés, entourés de tes potes. le verre à la main alors que ton regard se perdait sur la table basse où t’observais les cadavres des bouteilles et des gobelets que vous veniez de vous enfiler. t’avais pas mal bu déjà. t’étais pas bourré. juste bien. tu te sentais libre et ça te faisait du bien. t’en avais besoin, t’aimais cette sensation qui s’emparait de toi à chaque fois. un sourire idiot aux lèvres, t’étais fier de ta connerie. t’avais bu avec modération tout de même. parce que dans le fond, t’aimais pas boire jusqu’à te retrouver ivre mort, à squatter les toilettes et à te vomir dessus en maudissant tout ce que t’avais avaler. l’alcool te brûlait encore la gorge. tu te resservais un verre avec quelque chose de plus soft cette fois. histoire de faire passer ce que tu t’étais enfilé. les gens s’entassaient autour de toi. ils se déhanchaient sur des musiques dont ils ne connaissaient ni le titre, ni l’artiste. les nausées commençaient à prendre possession de toi. l’air manquait à l’intérieur de la pièce et la porte fenêtre qui donnait sur la terrasse te faisait de l’œil. c’était peut-être le mieux a faire. prendre l’air. tu te levais du canapé et avec difficulté tu te hissais jusqu’à la terrasse. ton regard se perdait sur les quelques personnes qui étaient présente. tes yeux verts s’arrêtaient d’un coup sur une silhouette féminine qui te semblait familière. le taux d’alcool te permettant pas de réfléchir, tu te dirigeais vers elle. elle semblait occuper à retirer la bâche du jaccuzzi. sans que tu puisses placer un mot, elle te balançais au visage que ce jaccuzzi lui était privatisé. tu rigolais nerveusement, l’alcool te rendant bien trop idiot sur le moment. « wow. j’crois qu’il va falloir t’apprendre la politesse, on t’as jamais appris à saluer un pote ? ». ton sourire idiot marquait toujours tes lèvres alors que ton regard quittait pas la belle brune qui se tournait pour se trouver face à toi. aaliyah, jolie créature. « qu'est-ce que tu fous ici adonis ? ». elle te regardait comme stupéfaite de te voir ici. tes yeux restaient plantés dans les siens alors que tu portais ton verres à tes lèvres pour en boire quelques gorgées. « c’est marrant que tu m’poses la question, en sachant qu’tu viens jamais à aucune soirées. mais comme tu vois, j’fais pas grand chose. et toi, tu comptais te faire un bain de minuit en solo ? si déjà, fais moi d’la place. » tu la regardais d’un air interrogatif et ironique à la fois, toi aussi stupéfait de voir que cette belle brune était de sortie ce soir.


Dernière édition par Adonis King le Jeu 15 Fév - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Lun 12 Fév - 23:50



le soirée, ce n'était définitivement pas ton truc. lorsqu'on te demandait ce que tu avais fais de ton week-end et que tes camarades étaient stupéfaits de voir que tu n'étais pas sortie, tu trouvais toujours des excuses à deux francs cinquante. la vraie raison était qu'il y a quelques années, lorsque tu étais à los angeles, tu t'étais battue violemment avec une meuf à propos d'un garçon. votre altercation avait tellement été violente qu'elle t'avait cassé le poignet et qu'en retour, tu lui avais tendrement offert un long séjour dans la peine et la douleur à l'hôpital. t'avais réussis à lui faire un traumatisme crânien en lui fracassant la tête contre une table basse. maintenant, tu regrettais terriblement cet acte. néanmoins, tu te rappelais de chaque mot que vous vous étiez échangés. elle t'avait directement agressé, t'insultant de pute et d'allumeuse. et toi, sanguine comme tu es, tu n'avais pas eu l'intelligence de discuter avec elle calmement. tu lui avais arraché sa stupide franche. voilà pourquoi tu évitais les soirées. afin d'éviter de rentrer chez toi ensanglantées de partout. ce soir, tu y étais tout de même allée. mais tu décidas de t'isoler sur cette terrasse histoire de te faire discrète. tu étais arrivée récemment à santa barbara, et peu de personnes ne te connaissaient encore. en voyant ce jacuzzi, tu ne pus t'empêcher de prendre tes aises. tu l'allumas, retirant simplement tes chaussures pour tremper tes pieds. ici, les rires et les hurlements des lycéens de wave private te semblaient loin, très loin. cette tranquillité, tu l'appréciais. mais pas assez longtemps. quelqu'un arriva à tes côtés. et ce quelqu'un, il s'agissait d'adonis. tu n'étais pas insensible à son charme, mais tu préférais jouer la carte de l'ignorance. on t'avait déjà raconté de nombreuses fois qu'il avait une réputation de don juan, et tu avais horreur de ça. « la politesse ou la plus acceptable des hypocrisies, » souris-tu amèrement. toi, tu n'avais aucun respect. tu ne disais jamais bonjour, ni merci. selon toi, tu n'avais pas de temps à perdre avec de futiles bonnes manières. tu étais d'abord surprise de voir adonis ici, mais tu te rappelas que les soirées, c'étaient son dada. normal qu'il soit là. « c'est vrai. ça fait un petit peu plus d'un mois que je suis revenue à santa barbara et je n'étais toujours pas allée en soirée, » murmuras-tu, le regard neutre. maintenant, ton instant de tranquillité était foutu. « un vrai rat toi, t'es pas possible. allez viens, » soupiras-tu. tu lui cédais tout. tu t'écartas légèrement pour lui laisser de la place. tu retiras ta jupe ainsi que ton pull, sans grande pudeur, et tu t'installas confortablement dans le jacuzzi, silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Jeu 15 Fév - 16:18


cette soirée là, c'était encore une occasion pour toi de sortir. une occasion parmi tant d'autres. c'est pas comme si tu sortais tous les deux jours mais bon. tu pouvais pas t'en passer. jamais tu refusais une invitation. c'était plus fort que toi. ton passe-temps favoris. boire à outrance, parfois consommer des choses illicites et ne pas terminer la soirée seul. ton agréable routine. mais ce soir t'étais seul de sortie, t'étais pas accompagné de ton élite. les penetrators étaient pas avec toi. et c'était bien l'une des rares fois où vous ne chassiez pas en meute. même toi dans le fond ça t'étonnait. c'était rare de voir les p dissous ou présents à différentes soirées. c'était inhabituel. en temps normal vous marqueriez votre territoire comme vous le faites à chaque fêtes mais ce soir c'était différent. tu profitais pas entièrement ce soir, tes migraines t'en empêchaient. y'avait de l'ambiance, c'est certain. mais tu trouvais pas ça intéressant. le manque d'air et les nausées te réussissaient pas. les gens puaient la transpiration, se frottaient les uns contre les autres et tu supportais pas. étrange pour un mec qui devrait y être habitué. t'es rapidement sorti prendre l'air, histoire de récupérer. l'air frais caresser ton visage et remplissais tes narines. c'était comme une bénédiction, tu te sentais déjà bien mieux. tu t'étais hissé sur la terrasse, le verre à la main. rapidement, une silhouette t'avais interpellé. comme si elle t'avait frappé à l’œil. bien trop familière selon toi, alors que jusqu'à présent t'avais pas croisé de nombreuses personnes que tu connaissais pendant cette soirée. tu t'avançais vers elle alors qu'elle retirait la bâche du jaccuzzi. directement agressé, la brune perdait pas son temps en t'envoyant ses mots amers à la gueule. toi tu te contentais de sourire, comme un gamin inconscient. un gamin idiot rongé de l'intérieur par l'alcool. la brune en question, c'était aaliyah. la gamine que t'avais eu l'occasion de croiser plusieurs fois déjà. et ça faisais toujours autant de bien à tes yeux de la voir plantée là devant toi. « j'pensais que t'arriverais à cerner mon ironie. depuis quand j'suis poli moi ? ». c'est vrai, toi aussi t'étais un gamin à qui on avait pas appris la politesse. t'utilisais ces jolis mots seulement quand on te demandait de faire un effort. seulement quand t'en avais envie. pour faire simple, quasiment jamais. et tu retrouvais cette part de toi dans aaliyah. vous étiez tout les deux des gamins que la vie n'a pas su gâter comme certains. « c'est pas cool de t'isoler alors que c'est ta première fois. ça t'plaît au moins ? ». t'étais comme intrigué et l'alcool te faisait pas réfléchir à ce que tu pouvais dire. intrigué par le fait qu'elle ne vienne jamais en soirée mais aussi par le fait qu'elle préfère s'éclipser. s'éloigner de ces gens qui profitent de leur soirée. « c'est tellement beau quand ça sort de ta bouche. ». t'avais l'habitude qu'on te parle comme ça. c'était pas la seule à faire ça, aaliyah. mais ça sonnait mieux quand ça venait d'elle et tu saurais pas dire pourquoi. elle s'écartait et te laissais de la place. tu pouvais pas t'empêcher de la reluquer pendant qu'elle retirait ses fringues. tu faisais de même. tu te débarrassais de tes fringues avant de t'installer en face d'elle. « tiens, j'pense que t'en a besoin. » tu récupérais ton verre sur la bordure avant de lui tendre. tes yeux posés sur elle, tu restais silencieux.


Dernière édition par Adonis King le Sam 17 Fév - 21:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Sam 17 Fév - 21:45



tu ne te sentais pas à l'aise. tu avais la drôle d'impression d'être une intruse, comme si tout ce qui t'entourait te rappelait sans cesse que les soirées, il fallait que tu les évites au maximum. tu n'étais pas le genre de meuf à danser pendant des heures, à rouler des galoches à cinq mecs durant la même soirée, ou encore à vider une bouteille de vodka en cinq minutes. tu donnais clairement l'impression d'être une nana comme ça, mais ce n'était pas le cas. tu étais plus le genre de meuf à aller te coucher en première, à trouver des excuses pour rester assise durant toute la soirée et à roter comme une truie pour que les mecs ne t'approchent pas. entourée de personnes que tu ne connaissais pas, tu te sentais oppressée, observée. tu préférais largement les soirées à quatre, avec des personnes que tu connaissais par cœur. et pourtant, tu te retrouvais dans une putain de soirée de gosses de riches de wave private. tu avais déjà envie de partir, mais avec le jacuzzi, tu t'étais accordée quelques minutes de répit avant de rentrer chez toi. « si tu veux savoir mon opinion, je n'ai jamais associé le mot politesse avec le prénom adonis, ça ne va pas du tout ensemble, » répondis-tu en esquissant un léger sourire à l'adresse de ton camarade. tu le taquinais, comme toujours. adonis, tu l'appréciais bien. tu pouvais rigoler ironiquement avec lui sans qu'il ne se blesse ou tu répondes méchamment. sans oublier le fait qu'il était plus que canon, mais ça, tu préférais l'enfouir au plus profond de ton âme. jamais il ne se passera quelque chose entre vous deux, jamais. « nan, ça ne me plaît pas du tout. je n'ai eu que de mauvaises expériences en soirée et étant donné que j'essaye de calmer mes nerfs en ce moment, j'essaye au maximum de sortir le moins possible, » te confias-tu, d'un souffle. marre de rentrer chez toi le nez en sang, marre qu'on te regarde le lundi matin au lycée comme un monstre. alors tu te condamnais à rester cloîtrer chez toi. pour ta sécurité. et celle des autres. et pourtant, ce soir, tu étais de sortie. il te demanda de lui laisser de la place dans le jacuzzi. tu dis silencieusement adieu à ton bain de minuit en solo, et t'écarta pour lui laisser de l'espace, tout en lui lâchant une phrase digne de ta langue de vipère. en un clin d'œil, vous vous êtes retrouvés en sous-vêtements, dans le jacuzzi, face à face. étrangement, tu n'étais pas gênée alors que tu n'avais jamais véritablement été à l'aise avec les garçons. il te tendit un verre remplit d'une substance dont tu ignorais l'existence. « j'espère que tu n'essayes pas de m'empoisonner, » pouffas-tu, buvant d'une traite tout le contenu du verre. tu soupiras, posant ton verre sur le rebord du jacuzzi. tu posas tes bras sur le bord, et plongea tes prunelles dans celle d'adonis. « je pense que tu n'as pas trouvé de proie ce soir pour que tu te retrouves ici, avec moi, » déclaras-tu d'un air provocateur, ne baissant pas une seule seconde ton regard.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Sam 17 Fév - 23:00


les maux de tête qui prennaient possession de toi, t'avais comme tout d'un coup le mal de la fête. t'avais l'impression de pas être à ta place, d'étouffer au milieu de tout ce monde et de noyer ce sentiment dans l'alcool. ça t'avais jamais fait ça auparavant. t'avais l'impression que c'était la soirée de trop cette semaine. peut-être que c'était juste la fatigue qui prenait le dessus. t'en savais rien mais dans le fond t'étais pas bien. t'étais pas au cœur de la soirée, pas entièrement plongé dedans. tu restais à l'écart, tu matais aucune nana qui passait à proximité et surtout, t'étais allé vers aucune d'entre elles. t'avais préféré te morfondre dans l'alcool et enchaîner les verres depuis que t'étais arrivé. c'était sans doutes pas la meilleure des choses à faire puisque maintenant, t'étais obligé de sortir pour prendre l'air. c'était probablement la meilleure chose que t'avais faites ce soir, prendre l'air. t'aurais tout donné à cet instant précis pour rentrer chez toi et passer une nuit de sommeil entière comme longtemps tu n'en avais pas eue une. ton regard se perdait sur les gens qui étaient sur la terrasse avant que tu ne rejoignes l'une d'entre elle qui n'était autre qu'aaliyah. la brune qui dégageait tellement de douceur et de folie en même temps. t'arrivais pas à placer les mots justes pour la qualifier de toute façon. elle était bien trop de choses à la fois. « ça tombe bien, moi non plus. d'après les rumeurs ils font pas très bon ménage de toute façon, autant les garder loin l'un de l'autre. » un autre sourire étirait tes lippes, répondant à celui qu'aaliyah esquissait face à toi. ça avait toujours été comme ça entre vous deux. y'avait toujours quelques mots pour que vous vous taquiniez, quelques pics que vous vous amusiez à vous lancer. votre relation était surtout basée sur ça, c'était comme ça depuis le début. d'autres nanas avec qui tu parlerais comme ça pourraient probablement t'envoyer leur verres au visage, trop susceptibles des petits pics et conneries que tu pourrais leur envoyer. c'est sans doute ce que t'appréciais le plus chez aaliyah, sa simplicité. certes, après son physique mais quand même. c'était bien l'une des seules nanas sur qui t'avais pas décidé de te jeter. bizarrement, t'avais un minimum de respect vis-à-vis d'elle. « tu caches bien ton jeu de brute, qu'est-ce qui s'est passé ? si tu veux te défouler, vas-y. » t'écartais les bras en face d'elle comme pour lui faire signe que si elle avait besoin, elle pourrait te frapper. t'essayais juste de faire en sorte qu'elle se sente plus à l'aise alors que cette soirée, c'était vraiment de la merde selon vous. ton sourire ne quittais pas tes lèvres alors que tu lui demandais de la place dans le jacuzzi. quelques instants plus tard, vous vous retrouviez en sous-vêtements, assis l'un en face de l'autre en laissant un silence de mort s'installer. toi non plus t'étais pas gêné, t'étais plutôt habitué à ce genre de situations, même si là, c'était loin d'être comme d'habitude. parce que aaliyah, elle était pas comme les autres filles. tu lui tendais ton verre, encore a moitié remplis d'alcool. elle avait rien bu jusqu'à maintenant, tu préférais y remédier, histoire qu'elle ai quelques trucs à raconter à propos de cette soirée quand elle retournerait au lycée. ta bonne compagnie, enfin ça reste à voir. « si le poison fait pas effet, j'essaierais de te noyer t'en fais pas. faut toujours avoir un plan b sous le coude. » tu lui envoyais un clin d'oeil ironiquement suite à sa réflexion et encore une fois, ton sourire ne quittait pas tes lèvres. « justement, qui te dis que c'est pas toi ma proie ? » tu lui répondais du même air provocateur, tes prunelles ne lâchant pas les siennes. si elle voulait être joueuse, elle jouait contre la mauvaise personne.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Dim 18 Fév - 17:07



tu te retrouvais dans un jacuzzi, en compagnie d'adonis. tu n'arrivais toujours pas à comprendre comment est-ce que vous étiez arrivés à vous rejoindre ici. tu le connaissais depuis un bon bout de temps désormais, mais cela faisait un bail que tu ne l'avais pas croisé. tu étais contente de voir que votre relation était toujours intact. rien n'avait changé, vous agissiez comme si vous ne vous étiez pas perdus de vue. avec lui, tu n'as jamais su quoi penser. un pote, tu en étais certaine. mais il y avait tout de même une touche d'ambiguïté entre vous deux. il était totalement ton style, et pourtant tu essayais du mieux que tu pouvais de ne pas céder. tu connaissais par cœur sa réputation auprès des filles. tu n'avais pas envie de finir sur sa liste de lycéennes qu'il a tringlé. tu voulais que l'on te traite avec respect, et tu n'étais pas certaine qu'adonis te traiterait de la sorte. alors tu préférais tout de même garder une certaine distance avec lui, sans pour autant casser l'ambiance en l'envoyant chier. « tu as entièrement raison, » répondis-tu, rigolant doucement de l'auto-dérision de ton camarade. il te sourit à son tour. ce sourire. ce putain de sourire. tes joues virèrent au rose. non, tu n'avais pas le droit de lui montrer qu'il te plaisait. pour cacher ta gêne, tu te penchas vers ton sac, posé près du jacuzzi, et tu en sortis ton paquet de cigarettes. tu t'en allumas une et en tendit une autre à adonis. « cadeau de la maison, » déclaras-tu en lui tendant la clope. habituellement, tu étais une radine de première, mais pour adonis, tu pouvais bien faire un effort. un léger sourire se dessina sur tes lèvres suite à la déclaration du jeune homme. « je me bas très fréquemment en soirée, et crois-moi que si je me défoulais sur toi, plus aucune meuf ne voudrait t'approcher, » murmuras-tu en rigolant, recrachant gracieusement la fumée de ta cigarette. tu n'avais pas envie de t'étaler sur le sujet des problèmes que tu avais rencontré en soirée. personne n'était au courant, et tu trouvais cela bien mieux ainsi. lorsqu'il te tendit son verre, tu hésitas quelque peu avant de le terminer d'une traite, sans la moindre trace d'hésitation. « me nouer ? j'aimerai bien voir ça, » le défias-tu en haussant des épaules, sachant pertinemment qu'il n'oserait pas s'approcher de toi. tu laissas ta cendre s'écraser par terre d'un agile mouvement de doigts. tu décidas de jouer la carte de la provocation. et visiblement, adonis aimait bien ce genre de jeu. lorsqu'il te répondit, tu n'étais absolument pas prête à ce genre de réponse. « moi ? chaton, le jour où je serai la proie de quelqu'un, fais-moi signe sur le champ, » soupiras-tu. tu étais belle, et pourtant, les gens t'évitaient au maximum, et encore plus les garçons. tu leur faisais peur, et ça dépend ton enfance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Lun 19 Fév - 19:43


la soirée avait décidé de prendre une autre tournure. toi qui habituellement te glissais toujours au milieu de la foule et menais les troupes pour maintenir l'ambiance, tu te retrouvais à part, sur la terrasse. dans un jacuzzi avec aaliyah. tu la connaissais depuis un bon bout de temps mais ça faisait déjà un long moment que vous ne vous étiez pas recroisés. aaliyah c'était la gamine qui avait le don de t'éblouir à chaque fois que tu lui tombais dessus. et malgré les années que vous aviez derrière vous, le temps n'avait rien changé. malgré les fois où vous vous étiez perdus de vue, tout était resté intact. y'avait toujours cette complicité, ces pics que vous vous lancez, ces sourires qui se perdent et ces regards qui s'accrochent. toutes ces choses merveilleuses que t'arriverais pas à qualifier. la beauté de votre amitié et ces petits trucs en plus qui faisaient qu'elle était pareille à aucune autre. c'était bien l'une des seules gamines que t'avais pas voulu glisser dans ton lit dés le premier jour. vous étiez proches mais elle gardait cette distance vis-à-vis de toi, ta réputation oblige. ton sourire s'élargit, provoqué par le rire de la jolie brune. t'as l'air d'un gamin, d'un idiot à tout le temps sourire pour rien. ton regard reste posé sur elle. ses joues virent au rose mais tu préfères ne pas relever. ton regard suit ses mouvements alors qu'elle récupère des clopes dans son sac. « adonis et politesse ça sonne faux, mais j'te dis pas à quel point aaliyah et partage ça me perce les tympans. » tu récupères la clope qu'elle te tend. tu fumes pas souvent mais une fois de temps en temps ça pourrait faire de mal à personne. « merci bien. » tu faisais preuve de politesse pour soulever l'ironie de tes dernières paroles, en ayant toujours ton foutu sourire bloqué sur le coin des lèvres. tu reculais d'un pas, faisant mine d'être effrayé par sa déclaration. « j'pensais pas que tu pouvais agir comme videur de soirée, mais c'est toujours bon à savoir si jamais j'ai besoin de personnel pour la sécurité. » un rire déchirait finalement ton sourire. t'aimais lui lancer des piques, jouer au gamin moqueur. t'allumais ta clope entre tes doigts pour finalement tirer dessus avant d'en recracher la fumée. t'étais quand même étonné par ses déclarations, jamais t'aurais pu penser qu'aaliyah, c'était le genre de nana à jouer les pitbull enragés pendant les soirées. tu te trompais sur toute la ligne et ça t'étonnais toi-même de le constater. « me tente pas, tu sais très bien que j'en serais capable » tu la défiais toi aussi du regard, sans pour autant oser bouger le petit doigt. tu reposais ta cigarette dans le cendrier sur la bordure du jacuzzi, en ne lâchant pas aaliyah du regard. la provocation et toi vous ne faisiez qu'un. c'était la carte que tu préférais jouer. tu arquais le sourcil suite à sa réflexion, étonné de voir que personne n'avait eu jusqu'à présent le courage de courtiser la belle aaliyah. tes mains glissaient sous l'eau alors que t'attrapais ses chevilles pour finalement la tirer brusquement vers toi. « ce genre de signes là ? » ton regard soulevait toujours autant de provocation et encore une fois tu souriais bêtement. amusé par cette proximité qui s'était imiscée entre vous et dont t'étais le seul fautif.


Dernière édition par Adonis King le Sam 24 Fév - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Mar 20 Fév - 20:05



tu n'y avais jamais songé, mais tu n'avais jamais eu d'histoire d'amour avec un garçon, ni quoi que ce soit. bien entendu, tu essayais de lui montrer le moins possible. les trois quarts des lycéennes de santa barbara high avaient toutes été déviergées à treize. mais pas toi. dix-sept ans, et tu n'avais encore jamais rien fais. des bisous en soirée, mais rien de plus. tu n'en avais pas honte, au contraire. tu te respectais, voilà ce qui te différenciait des autres filles. néanmoins, tu n'en parlais pas du tout, tout simplement parce que la réaction des gens ne te plaisait pas. ils étaient tous choqués d'apprendre que tu étais vierge, la jugeant trop bonne pour ne pas avoir vu le loup. un léger sourire illumina ton visage. dans le même jacuzzi, il y avait le ying et le yang, le jour et la nuit. la pure aaliyah et le penetrator adonis. « j'avoue que je suis un grosse radine, » finis-tu par avouer en riant. adonis te demanda pourquoi est-ce que tu évitais les soirées. tu n'avais pas envie de lui mentir, mais tu n'avais pas non plus envie de lui dire la vérité. tu n'imaginais même pas la tête qu'il ferait en apprenant que tu fracassais régulièrement des têtes de tchoins contre des bouteilles d'alcool. « ça tombe bien je cherchais un petit boulot. avec moi, ne t'inquiète pas, tu n'auras aucun soucis en soirée, » plaisantas-tu en lui faisant un clin d'œil discret. tu tiras une nouvelle taffe sur ta clope avant de l'éteindre dans le cendrier, posé sur le rebord du jacuzzi. tu poussas un profond soupir de satisfaction et étendis tes jambes de tout leur long. clairement, tu captais que tu avais tapé dans l'œil de ton camarade. pourtant, tu préférais jouer la carte de l'ignorance, histoire de le mettre sous tensions. et visiblement, ta tactique marchait à merveille. il t'attrapa les chevilles et t'attira soudainement vers lui. tu perdis l'équilibre, et te retrouvas mouillée de la tête aux pieds. tu sortis la tête de l'eau, ta chevelure brune plaquée contre ton visage. « putain, j'ai passé une heure pour avoir une coiffure potable, » pestas-tu. tu esquissas néanmoins un sourire à l'adresse d'adonis. vous étiez proches. très proches. ses mains sur tes jambes. ta poitrine contre la sienne. ton souffle se mêlait au sien. tu sentais ton cœur battre de plus en plus vite. tes joues rosissaient à vue d'œil. tu ne savais pas quoi dire, alors tu restas silencieuse. ton regard perdu dans le sien. le silence presque étouffant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Sam 24 Fév - 16:52


le cœur de la soirée n'était que très peu plongé dans tes pensées. comme éloigné. t'étais comme épargné. de l'alcool, la drogue et les filles. mais tu retrouvais une certaine part de satisfaction parce que tu savais pertinemment que t'étais en bonne compagnie. tu consolais ton ennui dans les yeux d'aaliyah et parfois, tu t'y perdais. sans trop comprendre les regards qu'elle pouvait te lancer, les sourires qui se perdaient et les rires qui fusaient. la clope au bec, tous les deux à moitié dénudés, essayant de profiter de la nuit comme si elle vous appartenait. vous vous étiez évadés du cœur des festivités pour vous trouver un petit havre de paix. « c'est comme ça qu'on t'apprécie habituellement. » ton rire se mêle au sien le temps d'un instant. ton oreille se tend suite aux aveux qu'elle te fait. aaliyah qui savait se montrer rebelle au point de casser des gueules, ça avait le don de t'étonner. tu l'aurais pas pensée comme ça, la brune. et pourtant tu préférais plaisanter, ne pas trop soulever, relever le sujet. t'avais pas envie d'enfoncer le couteau dans la plaie, d'appuyer le doigt sur un truc qui devait sans doute la blesser, d'une certaine façon. « j'imagine bien. j'aurais sans doute peur que quelqu'un puisse abîmer ta belle gueule. » tu lui renvoyais son clin d’œil sur le ton de la plaisanterie toi aussi. tu récupérais ta cigarette sur le bord du jacuzzi pour tirer à nouveau dessus et en recracher la fumée. t'avais pas l'habitude de fumer du tabac, c'était assez rare que ce genre de truc pouvait arriver. t'y trouvais aucune attirance particulière, favorisant nettement les substances illicites que tu pouvais échanger de droite à gauche. ton regard restait posé sur aaliyah alors que tu dégageais à nouveau ta cigarette pour la poser dans le cendrier. tes mains glissaient sur ses chevilles avant que tu ne la tire vers toi. un léger rire t'échappa quand elle pesta. « attends, laisse moi arranger ça » tu l'attirais à nouveau vers toi, ton torse se plaquant contre sa poitrine. tes doigts remontaient le long de sa joue alors que tu plaquais une mèche de ses cheveux trempés derrière son oreille pour lui dégager du visage. tu l'observais ensuite, silencieux pendant un moment, le sourire aux lèvres. impossible de te le détacher, de te l'arracher, ce sourire quand tu constatais l'effet que tu pouvais lui faire. tu sentais son cœur battre contre ton torse, et les battements du tien être en synchronisation parfaite avec les siens. tu maintenais l'une de tes mains sur ses cuisses alors que l'autre venait à se rabattre sur sa nuque. tu restais silencieux alors que ton visage s'approchait dangereusement du sien, ton souffle se mêlant à celui de ta camarade. ton regard restait planté dans le sien, tu te perdais dans ses prunelles. en un léger élan, tes lèvres viennent à se plaquer contre les siennes. marquant la fin de la distance qui se creusait entre vous et le début de cette ambiguïté dans votre amitié. un cap de plus que vous veniez de franchir. jeunes, cons et inconscients.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   Sam 24 Fév - 18:41



c'était la première fois que tu arrivais à comprendre l'expression avoir des papillons dans le ventre. car à ce moment précis, tu ressentais une étrange sensation qui te picotait les entrailles. une sensation qui t'avait été jusqu'à présent totalement inconnue. tu essayais de lutter, mais tu n'y arrivais pas. tu te sentais aller, petit à petit. comme si la carapace que tu t'étais forgée au fil des années allait enfin finir par se briser en mille morceaux. tu ne savais pas vraiment si tu en avais envie ou pas. adonis te plaisait, certes, mais tu t'étais toujours interdit de faire la moindre chose avec lui. car tu n'avais pas envie d'être un jouet à ses yeux, une proie qu'il pourrait vulgairement afficher sur son tableau de chasse. « violente, vulgaire et radine, putain mec j'ai rien pour plaire, » plaisantas-tu en décochant un léger sourire à adonis. tu continuas dans ta lancée, commençant à faire des confessions à tes camarades, sans pour autant tout dévoiler. tu avais envie de garder un minimum d'intimité. tu voulais bien partager quelques lieux de ton jardin secret à adonis, mais pas l'intégralité. « cette belle gueule se défend très bien doute seule et n'a nullement besoin de tes craintes, » murmuras-tu sur le ton de plaisanterie. tu lâchas un léger soupir de contentement. tu te sentais bien. pour la première fois de ta vie, tu ne regrettais pas d'être venue à une soirée. comme quoi, tout pouvait encore t'arriver. votre jeu de taquinerie continua, jusqu'à ce que le beau brun t'attrapa par les chevilles et te traîna près de lui. tu resurgis à la surface la bouche pleine d'eau et la coiffure inondée. tu râlas, comme à ton habitude, mais la proximité de ton corps avec celui d'adonis avait comme le don de te relaxer. ta mauvaise humeur s'envola en un battement de cils. tu te tenais près de lui, même trop près de lui. une petite voix intérieure te disait de reculer immédiatement, de retourner à l'opposé du jacuzzi. mais une autre voix te disait de rester face à lui, et d'expérimenter l'inconnu. il plaça une de tes mèches trempées derrière l'oreille. ses doigts te frôlèrent la joue. automatiquement, tu frémis, les dents serrées. tu étais collée contre lui. tu ne savais pas vraiment quoi faire de tes mains ni de tes jambes, alors tu restas immobile, sans rien faire. adonis posa une de ses mains sur ta cuisse, et il plaça lentement l'autre derrière ta nuque. ton rythme cardiaque s'accentua. ton cœur battait tellement fort que tu avais l'impression qu'il allait transpercer ta poitrine. ses lèvres se posèrent contre les tiennes. tes paupières se fermèrent par automatisme. une de tes mains alla se poser dangereusement vers le haut de la cuisse de ton camarade, et l'autre lui caressa la joue. tu lui rendis son baiser. tu baissas la tête, reprenant ton souffle, les yeux fermés. « le jacuzzi me monte à la tête je crois bien, » soufflas-tu. tu te redressas, et t'installas à califourchon sur adonis. tu posas à nouveau tes lèvres contre les siennes. cette fois-ci, le baiser fut fougueux, mais tout autant délicat. tu ne savais pas ce que tu étais entrain de faire, mais tu préférais ne pas essayer de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: california gurls (adonis)   

Revenir en haut Aller en bas
 
california gurls (adonis)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (ED+EC) Commande de paysages
» Ferrari California dino GT
» ferrari california JAUNE
» Ferrari 250 SWB ou 250 SWB CALIFORNIA.Italeri 1/24
» Hotel California (Bob Marley)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
everlasting growing pains ✩ :: hymn for the weekend :: anciennes version :: sujets rp-
Sauter vers: